Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90563v visiteurs

 12 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - 26 janvier 2015-Suite Présentation Anthologie

Suite du lundi 19 janvier 2015:

 

Pourquoi donc se donner tant de peine? L'homme ne pourrait-il vivre sans les roses de la poésie? Réponse d'un autre illustre jardinier des lettres françaises: "On supprimerait les fleurs, le monde n'en souffrirait pas matériellement ; qui voudrait cependant qu'il n'y eût plus de fleurs? Je renoncerais plutôt aux pommes de terre qu'aux roses et je crois qu'il n'y a qu'un utilitaire au monde capable d'arracher une plate-bande de tulipes pour y planter des choux*."

A nous, promeneurs en ces jardins, d'y découvrir les plus beaux bouquets. anthologie, florilège, que le mot soit d'origine grecque ou latine , il est donc invitation à cueillir les fleurs écloses au fil du temps et des plumes.

Ici le jardin sera modeste, mais ses promenades s'offrent comme une petite collection, un 'recueil' d'élection qui a choisi de réunir les poèmes les plus connus de la littérature française.

A connaître, ou plus sûrement reconnaître, pour le plaisir d'entendre ces vers qui 'chantent dans la tête alors que la mémoire est absente', selon le voeu de Verlaine pour ses Ariettes oubliées**. A nous, lecteur d'y sentir le parfum du printemps, celui qui est resté dans les pages des cahiers de récitation: c'est la grâce qui pourrait nous souhaiter un poète de seize ans***.

 

*Théophile Gautier, préface de Mademoiselle de Maupin.

**Verlaine, Ariettes oubliées, titre de la première  section de Romances sans paroles (voir p.99)

***Rimbaud, lettre à Banville (24 mai 1870): "Et voici que je me suis mis, enfant touché par le doigt de la Muse,- pardon si c'est banal,- à dire mes bonnes croyances, mes espérances, mes sensations,  toutes ces choses des poètes - moi j'appelle cela du printemps."

 

Présentation de "Anthologie de la poésie française" (1998) par Annie Collognat-Barès


Date de création : 27/01/2015 @ 10:12
Dernière modification : 22/07/2015 @ 16:12
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 2170 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   "Je voulais vivre intensément et sucer la moelle de la vie. Et ne pas, quand je viendrai à mourir, découvrir que je n'aurai pas vécu"   Henry David Thoreau
^ Haut ^