Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90566f visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Menu
Pour Maya - Pour Maya

 

Cette page est dédiée à Maya, mon petit amour parti trop tôt.

Elle était ma vie, ma sève, ma lumière, mon phare dans la nuit noire, mon coeur qui sans elle se meurt lentement.

 

Maya, j'écris ces lignes pour chanter l'amour que j'ai pour toi.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Au bord de toi

 

J’aimerais rester encore un peu ici

A t’écouter

Ou juste te regarder,

Je sais la nuit qui s’assombrit

L’instant qui s’attarde ou qui passe insaisi,

Au bord de ton corps

De l’autre côté de toi

Il y a le vide le silence

Et les éclats de mon cœur brisé,

J’aimerais rester encore un peu ici

A t’écouter

Ou juste te regarder

Sentir l’éternité s’évanouir

s’effacer

Devant les secondes qui nous appartiennent.

 

 

~~~~~~

 

 

Je vivais de Toi

 

Dans les mots de la nuit :

« Je t’aime »

Ne m’a pas rendu son cœur,

 

Mes appels avaient la couleur

De ces étoiles éteintes au fond du silence,

A une inspiration près…

J’aurais aimé vivre au pluriel

Pour nous

Dans ce pays où pousse l’éternité

Là où le roc s'efface devant l'argile,

De ton sang

Battait mon cœur de feu

Et mes lèvres ont étreint plus fort

Que les abimes,

Seuls l’obscur et le froid savent si bien oublier

Le festin des coraux

Dans la foudre des semences folles

Sur les mers incendiées,

 

A contempler ta lumière je devenais lumière

Et je vivais de toi

 

 

~~~~~~~~~~

 

 

En levant les yeux

 

Une étoile portera ton nom

Au bout de son corps céleste

Qui s’évade,

 

Tu me souriras,

Alors

Je pourrai lire le monde

Ecrire ce qui me déborde...

 

 

~~~~~~~~~~~

 

 

Mal au temps                              

 

Dans un monde de tumulte

Assourdissant

Ton silence est en cru

Et dans le relief du vivant

Je ne prendrai plus jamais terre,

Sans le savoir

Mon pays éconduit mes racines

Et malgré ta sève qui afflue encore en moi

J’ai mal au temps

Mal au présent ;

Il me reste un peu de toi

Dans quelques replis de vague

Oubliés là

Sous un galet de torpeur

Dans une volute tressée,

 

Malgré ta sève qui afflue encore en moi

J’ai mal au temps

Et mon présent meure doucement

Privé de ta passion.

 

 

 


Date de création : 01/04/2017 @ 13:14
Dernière modification : 28/03/2018 @ 20:01
Catégorie : Pour Maya
Page lue 701 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Ce n'est pas l'ampleur mais l'intensité qui est le véritable but de l'art'   Oscar Wilde
^ Haut ^