Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 91995c visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - 2017 - 16 Janvier-Richard Eberhart - Maze

 

 

POESIE AMERICAINE

 

Traduit par Alain Bosquet

 

 

RICHARD EBERHART

 

 

Maze

 

I have a tree in my arm,

There are two hounds in my feet,

The earth can do me no harm

And the lake of my eyes is sweet.

 

But a fire has burnt the tree down,

I have no blood for the hounds.

Why has the will made me a crown

For a human mind that has bounds?

 

Who made the tree? Who made fire?

The hounds have gone back to the master.

The earth has killed my desire

That leaped up faster and faster.

 

It is man did it, man,

Who imagine imagination,

And he did what man can,

He uncreated creation.

 

There is no tree in my arm,

I have no hounds in my feet,

The earth can soothe me and harm,

And the lake of my eyes is a cheat.

 

 

 

Traduction proposée:

 

J'ai un arbre dans le bras,

Il y a deux chiens dans mes pieds,

La terre ne peut me faire mal

Et le lac de mes yeux est doux.

 

Qui fit l'arbre? Qui fit le feu?

Les chiens sont retournés chez leur maître.

La terre a tué mon désir

Qui bondissait de plus en plus vite.

 

C'est l'homme, l'homme,

Qui imagina l'imagination,

Et qui fit que l'homme peut faire;

Il dé-créa la création.

 

Il n'est point d'arbre dans mon bras,

Je n'ai point de chiens dans mes pieds,

La terre peut me faire du bien ou du mal,

Et le lac de mes yeux est une blague.

 


Date de création : 07/01/2017 @ 14:31
Dernière modification : 04/04/2017 @ 18:41
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie ! - 2017
Page lue 1351 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Mieux vaut écrire pour soi et ne pas avoir de public, plutôt que d'avoir un public et ne plus être soi-même'     Cyril Connolly
^ Haut ^