Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 91995f visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 19 Septembre - Gaëlle Josse - Tambours frappés à mains nues, suite

Gaëlle JOSSE

 

 

Gaëlle Josse, née en Septembre 1960, est une femme de lettres française.

Après des études de droit, de journalisme et de psychologie clinique, elle vit quelques années en Nouvelle-Calédonie.

Elle travaille actuellement comme rédactrice pour un site Internet à Paris.

Elle organise aussi des ateliers d'écoute musicale et d'écriture, pour adultes et adolescents.

Elle dit être venue à la littérature par la poésie. Ses livres sont étudiés dans de nombreux lycées.

En 2015, elle est finaliste du Prix des libraires et lauréate du Prix de littérature de l'Union Européenne pour son roman Le dernier gardien d'Ellis Island (Noir sur Blanc)

En 2016, elle est marraine du prix littéraire des jeunes Européens.

 

 

 

Tambours frappés à mains nues

 

*

Hors de portée des étoiles que craignons-nous? Qu'un éclat nous parvienne et nous fasse trembler? Nous sommes trop loin de la mer il reste les vagues celles des jours qui tanguent roulent, mais la mer demeure, et son ciel où jeter nos filets.

Les fleuves vont-ils à la mer on voudrait bien embarquer mais où est le port? Recouvrance, qui voit Quessant et double ration de rhum pour l'équipage? Sabaraya Johnny et cette baleine qui n'en finit pas de tourner au fond des mers et des mémoires, nous laissera-t-elle un jour en paix? Embarquer et que les vents nous soient favorables ! les entrailles des bêtes égorgées ont parlé, mais sait-on ce qui nous attend?

L'essentiel nous échappe et d'Achille on ne possède que le talon ; l'étoffe des héros est bouffée aux mites ; accroupis foetus tremblants nous avons peur de l'orage, les tambours marchent devant et il faut avancer. La grâce surgît où on ne l'attend pas, bateau blanc et ciel de vitrail.

embarquer bien sûr.

 

*

 


Date de création : 25/11/2016 @ 10:46
Dernière modification : 25/11/2016 @ 11:16
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 1226 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   «... Il ne peut exister sous le soleil d’œuvre plus absolument estimable, plus suprêmement noble, qu’un vrai poème, un poème per se, un poème qui n’est que poème et rien de plus, un poème écrit pour le pur amour de la poésie»   Edgar Allan Poe
^ Haut ^