Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90563w visiteurs

 7 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 12 Septembre 2016-Gaëlle Josse-Tambours frappés à mains nues

Gaëlle JOSSE

 

 

Gaëlle Josse, née en Septembre 1960, est une femme de lettres française.

Après des études de droit, de journalisme et de psychologie clinique, elle vit quelques années en Nouvelle-Calédonie.

Elle travaille actuellement comme rédactrice pour un site Internet à Paris.

Elle organise aussi des ateliers d'écoute musicale et d'écriture, pour adultes et adolescents.

Elle dit être venue à la littérature par la poésie. Ses livres sont étudiés dans de nombreux lycées.

En 2015, elle est finaliste du Prix des libraires et lauréate du Prix de littérature de l'Union Européenne pour son roman Le dernier gardien d'Ellis Island (Noir sur Blanc)

En 2016, elle est marraine du prix littéraire des jeunes Européens.

 

 

 

Tambours frappés à mains nues

 

*

Pour vivre il a fallu rêver, puis renoncer, brûler des promesses.

Les chances lâchées en plein vol, c'est à genoux jusqu'au sang qu'on s'en approche.

A tâtons on essaie de les retrouver, mais crois-tu qu'elles nous aient attendus?

Leurs couleurs ont changé alors comment les reconnaître?

Le chemin se rétrécit, c'est dans les pierres les ajoncs qu'on avance

et sans cesse il faut retrouver la piste à la course des étoiles, à l'inclinaison des blés

à l'avancée des ombres. Il n'y a pas grand monde pour dire si on se trompe - et de toute façon

comment sauraient-ils ce que l'on cherche? Ne rien dire. Juste offrir le sel et l'eau et attendre

que l'on reprenne la route, rassasié, prêt à poursuivre l'horizon, à chercher la sortie du labyrinthe, mais nous sommes notre propre Minotaure alors que faire?

 

*

 


Date de création : 05/09/2016 @ 17:00
Dernière modification : 05/09/2016 @ 17:00
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 1132 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Ô vous donc qui, brûlant d'une ardeur périlleuse   Courez du bel esprit la carrière épineuse   N'allez pas sur des vers sans fruit vous consumer,   Ni prendre pour génie un amour de rimer'     Nicolas Boilau
^ Haut ^