Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 91995f visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 22 Août-Monique Saint Julia, suite...

Monique SAINT-JULIA

 

 

 

http://revue-texture.fr/-SAINT-JULIA-Monique-.html

 

 

 

Je vous écris

 

   En nous il y avait un ciel trop grand, une maison aux cent fenêtres

pour recueillir les chevauchées des nuages.

   Il y a la vie perdue de geai dans le jardin, son plumage bleu allume une étincelle.

   Sentir monter l'orage comme une musique de chambre,

la pluie babillante mordille les buissons.

   Dans le ciel une effraie jongle avec la lune.

 

*********************

 

   Vous aimez ces rideaux de mousseline frileuse, laissant

glisser la lumière dans la chambre, couvrant les murs,

les objets de plis silencieux, d'ombres, d'écumes, de tours ensoleillées.

   Des lueurs brillent sur les carreaux, sur les yeux un instant éblouis:

heures calmes dans la maison nouant avec le ciel de lumineux chants d'oiseaux.

   J'écoute le tilleul "deux pigeons s'aimer d'amour tendre".

 


Date de création : 22/08/2016 @ 12:01
Dernière modification : 22/08/2016 @ 12:04
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 1216 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   "Je voulais vivre intensément et sucer la moelle de la vie. Et ne pas, quand je viendrai à mourir, découvrir que je n'aurai pas vécu"   Henry David Thoreau
^ Haut ^