Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90221u visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 01 Août-Christian Viguié-Limites

Christian VIGUIE

 

 

http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/christian-viguie-poete-instituteur-et-defenseur-de-linactivite-117537

 

 

Limites

 

Tu ne demandes plus

Ce que tu vas être

nuage et noyer

ou brouillard épousant

son propre mouvement

 

Tu ne demande plus

d'être le brin d'herbe

où vivre est facile

 

de définir en chaque chose

ce qui regarde

et ne regarde pas

 

Tu ne demandes plus

pour la pierre

et le chant du rouge-gorge

 

comme si tu préférais

cette vieille clé

dont l'énigme serait

de n'ouvrir aucune porte

 

*

 

Lorsque je dis

j'écris une date improbable

sur une vitre qui boit l'infini

cela est faux

 

J'écris au milieu d'un jour précis

sur une vitre précise

 

et l'aurore s'accomplit

en ce moment-même

en moi et en dehors de moi

délivrant un vivant paysage.

Je vois passer les nuages

et c'est là une simple vérité

comme la able est une vérité de la table

la bigue de châtaigne une vérité de la bogue

Sans doute que je vois autant en eux

qu'en moi

car nous sommes du même voyage

et que parfois je suis un nuage

traversé par un autre nuage

ou quelque chose à partir de quoi

une question ne voudrait pas finir.

 

*

 

Taper, franchir

découvrir de quoi faire

voilà ce que tu te dis avec l'océan

sans prendre en compte

le mouvement du goéland

 

répéter contre la pierre

ou la falaise

une même et autre langue

dont la finalité

serait de ne pas s'accommoder.

 

*

 

Il faut qu'un moment

le poème ait le poids d'une pierre

et qu'importe si quelqu'un

le déplace ou pas

il aura cette humble étrangeté

d'être pierre sur le chemin

un présent toujours en avance

sur le présent.

Peut-être que je mourrai

en même temps qu'une mésange

et qu'un poème se fera

entre la mésange et moi

puisque nous aurons répondu

une dernière fois

à l'appel et à la mesure du monde.

 

*

 

La plupart du temps

je me tais et j'écoute

je surprends des phrases simples

Elles servent à ramener

et à hisser une chose qui grince

avec la poulie du soleil

 

après cela

je réfléchis à cette langue

et à cette corde

que l'on abandonne

et que l'on peut reprendre

à tout moment

 

Je pense à leur utilité

tressée par la banalité

ou l'émerveillement

 

à leur façon de faire grincer

l'habitude du monde.

 

 

 


Date de création : 17/08/2016 @ 16:45
Dernière modification : 17/08/2016 @ 16:46
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 827 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'La douleur est la pierre de touche de tout grand art'   Oscar Wilde
^ Haut ^