Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 91254c visiteurs

 10 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 25 Juillet-Jean-Luc Wauthier-Raveliennes (suite)

Jean-Luc WAUTHIER

 

 

est un poète et essayiste belge, né à Charleroi en 1950 et décédé le 15 mars 2015.

Licencié en philosophie et lettres de l'Université de Liège en 1973, Jean-Luc Wauthier préside le groupe Carré H (avec notamment le peintres Daniel Pelletti) depuis 1981. Il est, depuis 1991, rédacteur en chef du Journal des Poètes et, depuis 2008, président de la Maison internationale de la Poésie-A. Haulot.

De 1995 à 2008, il a enseigné la littérature à la Haute Ecole Paul-Henri Spaak de Bruxelles. Il a été chargé de cours d'écriture poétique à l'Université européenne d'écriture de Bruxelles (novembre 2012-février 2013).

En tant que critique, Jean-Luc Wauthier, assure deux chroniques régulières en ligne : Vu du nord (consacrée à la poésie française de Belgique) et Chronique du chemin (pages de réflexion générale autour de la poésie).

 

 

 

Raveliennes (suite...)

 

 

Le poème, comme une victoire, comme un remords, comme

l'inutile combat qu'inlassablement tu poursuis avec l'ange.

Le poème, qui a la couleur de ton pays et le visage de ton

père. Ton père qui dort en terre étrange mais dont les racines

respirent ici, tout près, aux lisières de l'aube.

 

***************

 

Le poème traverse sans s'arrêter le couloir où, débout

se tiennent les morts. Ceux même que tu as connus joyeux

heureux de suspendre leurs rires au fil du ciel.

Bonne lessive du bonheur. Où ont-ils disparus?

De quelle terre oblitérée? Dans quel ravin lointain gisent leurs os

et leurs sourires? Le vent d'hiver souffle sur le pays quand tu

regardes le feu dans les yeux et que tu lui parles.


Date de création : 17/08/2016 @ 16:17
Dernière modification : 17/08/2016 @ 16:17
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 1259 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur'   Jacques Brel (poète & chanteur)
^ Haut ^