Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90563v visiteurs

 12 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 30 Mai-Arthur Rimbaud-Voyelles

ARTHUR RIMBAUD (1854 - 1891)

 

Avant Verlaine, Rimbaud a réalisé sa propre révolution poétique en se forgeant un art original avec la fierté des novateurs: "J'inventerai la couleur des voyelles! - A noir, E blanc, I rouge, O bleu, U vert, - Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et, avec des rythmes instinctifs, je me flattai d'inventer un verbe poétique accessible, un jour ou l'autre, à tous les sens. (...) J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable.", se souvient-il dans Une saison en enfer ("Alchimie du verbe", 1873).

Le célèbre sonnet des "Voyelles", sans doute écrit au début de 1872, n'en finit pas d'intriguer par ses étranges associations ; on lui a prêté toutes les interprétations dont un critique réputé s'est moqué avec humour: "Voilà donc le miracle sans précédent, voilà donc ce chez-d'oeuvre magico-alchimisto-kabbalisto-spiritualisto-psychopathologico-érotico-omégaïco--structuraliste. Voilà "Voyelles". On peut se demander en effet si le poète n'a pas simplement évoqué des objets colorés renvoyant à quelques thèmes qui lui sont chers: la mort, la vie, la nature, l'amour, la science" René Etiemble, Le Mythe de Rimbaud, 1953.

 

 

 

Voyelles

 

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu, : voyelles,

Je dirai quelque jour vos naissances latentes;

A, noir corset velu des mouches éclatantes

Qui bobinent autour des puanteurs cruelles,

 

Golfes d'ombres ; E, candeurs des vapeurs et des tentes d'ombelles;

I, pourpres, sang craché, rires des lèvres belles

Dans la colère ou les ivresses pénitentes;

 

U, cycles, vibrement divin des mers virides1,

Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides

que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux;

 

O, suprême Clairon plein de strideurs étranges,

Silences traversés des Mondes et des Anges;

-- O l'Oméga, rayon violet des Ses Yeux!

 

                                                                                Poésies

 

1 - Du latin viridis, vert, verdoyant

 

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 09/06/2016 @ 13:55
Dernière modification : 15/06/2016 @ 16:38
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 1282 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Les meilleures et les plus belles choses du monde ne peuvent être vues ni même touchées. Elles doivent être ressenties avec le coeur'   Helen Keller
^ Haut ^