Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90566f visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 09 Mai-Arthur Rimbaud-Ma bohème

ARTHUR RIMBAUD (1854 - 1891)

 

"A sept ans, il faisait des romans, sur la vie

Du grand désert, où luit la Liberté ravie..."

                                                                ("Les poètes de sept ans")

 

A seize, le poète prodige s'évadait de Charlestown (Charleville) pour des fugues lointaines. Ce célèbre sonnet en garde le souvenir amusé. "Ah! cette vie de mon enfance, la grande route par tous les temps, sobre surnaturellement, plus désintéressé que le meilleur des mendiants, fier de n'avoir ni pays, ni amis, quelle sottise c'était. - Et je m'en aperçois seulement!" ("L'Impossible", Une saison en enfer, 1873).

quelques années plus tard, "l'homme aux semelles de vent" (la formule est de Verlaine) s'évadera encore: dans le désert d'Abyssinie, il semble alors renoncer à toute forme d'écriture pour se faire trafiquant d'armes et d'ivoire.

Pourtant un autre grand poète, René Char, lui rend le plus beau des hommages en lui donnant à jamais raison:

"Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud! nous sommes quelques-uns à croire sans preuve le possible avec toi." ("La fontaine narrative", Fureur et mystère, Gallimard, 1948).

 

 

Ma bohème

 

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;

Mon paletot aussi devenait idéal:

J'allais sous le ciel, Muse! et si j'étais ton féal;

Oh! là là! que d'amours splendides j'ai rêvées!

 

Mon unique culotte avait un large trou.

 - Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course

Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.

- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

 

Et je les écoutais, assis au bord des routes,

Ces bons soirs de septembre où je sentais les gouttes

De rosée à mon front, comme un vin de rigueur;

 

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,

Comme des lyres, je tirais les élastiques

De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur!

 

                                                                                                          Poésies

 

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 08/06/2016 @ 14:42
Dernière modification : 08/06/2016 @ 15:04
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 1317 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   «... Il ne peut exister sous le soleil d’œuvre plus absolument estimable, plus suprêmement noble, qu’un vrai poème, un poème per se, un poème qui n’est que poème et rien de plus, un poème écrit pour le pur amour de la poésie»   Edgar Allan Poe
^ Haut ^