Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90566f visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 22 Février-Stéphane Mallarmé-Le vierge, le vivace...

STEPHANE MALLARME  (1842 - 1898)

 

Héritée des maîtres du Parnasse et des Fleurs baudelairiennes, la quête de "l'oeuvre pure" est comme l'obsession d'un ailleurs céleste: "Je suis hanté. L'Azur! l'Azur! l'Azur! l'Azur!", proclame le dernier vers de "l'Azur", écrit en 1864. Mais la poésie est aussi 'laborieuse', fruit d'un travail acharné sur le langage, sur l'agencement des mots dans leurs sonorités comme dans leur syntaxe. Ici, le Cygne pris dans les glaces, c'est aussi le Signe de l'écriture enfermée dans l'espace "vierge" de la page blanche.

Le sonnet a été écrit en 1885 et publié en 1887.

 

 

"Le vierge, le vivace..."

 

Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui

Va-t-il nous déchirer avec un coup d'aile ivre

Ce lac dur oublié que hante sous le givre

Le transparent glacier des vols qui n'ont pas fui!

 

Un cygne d'autrefois se souvient que c'est lui

Magnifique mais qui sans espoir se délivre

Pour n'avoir pas chanté la région où vivre

Quand du stérile hiver a resplendi l'ennui.

 

Tout son col secouera cette blanche agonie

Par l'espace infligé à l'oiseau qui le nie,

Mais non l'horreur du sol où le plumage est pris.

 

Fantôme qu'à ce lieu son pur éclat assigne,

Il s'immobilise au songe froid de mépris

Que vêt parmi l'exil inutile le Cygne.

 

                                                                                                                              Poésies

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 22/02/2016 @ 13:00
Dernière modification : 22/02/2016 @ 15:19
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 1517 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   "D'ailleurs, parce que le vent, comme on dit, n'est pas à la poésie, ce n'est pas un motif pour que la poésie ne prenne pas son envol. Tout au contraire des vaisseaux, les oiseaux ne volent bien que contre le vent. Or la poésie tient de l'oiseau."   Victor Hugo
^ Haut ^