Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90202x visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 21 Décembre-Baudelaire - Spleen

BAUDELAIRE (1821 - 1867)

 

Quatre poèmes successifs portent le titre de 'Spleen' dans la section des Fleurs du mal intitulée 'Spleen et Idéal' (celui présenté ci-dessous est le dernier).

Emprunté à l'anglais vers 1745, le terme désigne la rate (en grec splèn)  comme siège organique de cette "humeur noire" (au sens physique de la bile) qui se dit précisément melancholia en grec.

Le Spleen Baudelairien s'applique à l'état "dépressif" de l'être accablé physiquement et moralement par le dégoût d'exister. Entre gouffre et azur, entre enfer et ciel, le poète est condamné à l'"ici" du quotidien: ennui et angoisse, dont seul le délivrer un "ailleurs" à vivre par le rêve ou dans les "paradis artificiels".

 

 

Spleen

 

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,

Et que de l'horizon embrasant tout le cercle

Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits;

 

Quand la terre est changé en un cachot humide,

Où l'Espérance, comme une chauve-souris,

S'en va battant les murs de son aile timide

Et se cognant la tête à des plafonds pourris;

 

Quand la pluie étalant ses immenses traînées

D'une vaste prison imite les barreaux,

Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées

Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

 

Des cloches tout à coup sautent avec furie

Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,

Ainsi que des esprits errants et sans patrie

Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

 

-- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,

Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir,

Vaincu, pleure, et l'angoisse atroce, despotique,

Sur mon crâne incliné plane son drapeau noir.

 

 

                                                     Les fleurs du mal (Spleen et Idéal)

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 22/12/2015 @ 14:47
Dernière modification : 26/05/2016 @ 15:20
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 1499 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'La douleur est la pierre de touche de tout grand art'   Oscar Wilde
^ Haut ^