Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90566f visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 23 novembre 2015-Baudelaire - Harmonie du soir

CHARLES BAUDELAIRE (1821-1867)

 

"Manier savamment une langue, c'est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire. C'est alors que la couleur parle, comme une voix profonde et vibrante (...), que le parfum provoque la pensée et le souvenir correspondants; que la passion murmure ou rugit son langage éternellement semblable" (Critique littéraire, Théophile Gautier, 1859)

En admirateur fervent du "très cher et très vénéré maître et ami" Gautier à qui il dédie ses "fleurs maladives", Baudelaire joue sur la virtuosité technique de "l'art pour l'art": l'exigence de la Beauté se nourrit de la sensation mais passe aussi par la Forme. Sur le principe du 'pantoum' (poème d'origine malaise composé de quatrains à rimes croisées, dans lesquels le deuxième et le quatrième vers sont repris par le premier et le troisième vers de la strophe suivante), cet étrange exercice poétique mêle résonances religieuses et mystiques sur le rythme d'une 'valse mélancolique' dont la savante chorégraphie suscite le 'langoureux vertige'.

 

 

Harmonie du soir

 

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;

Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir;

Valse mélancolique et langoureux vertige!

 

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,

Valse mélancolique et langoureux vertige!

Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

 

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir!

Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;

Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

 

Un coeur tendre, qui hait le néant triste et noir,

Du passé lumineux recueille tout vestige!

Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...

Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir!

 

                                                       Les fleurs du mal, "Spleen et mélancolie"

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 25/11/2015 @ 13:54
Dernière modification : 25/11/2015 @ 14:11
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 1697 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Les meilleures et les plus belles choses du monde ne peuvent être vues ni même touchées. Elles doivent être ressenties avec le coeur'   Helen Keller
^ Haut ^