Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90563u visiteurs

 14 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 02 novembre 2015-Théophile Gautier-Dans la Sierra

THEOPHILE GAUTIER (1811-1872)

 

"Oui l'oeuve sort plus belle

D'une forme au travail

Rebelle,

Vers, marbre, onyx, émail."

C'est sur cette affirmation péremptoire que s'ouvre le poème 'L'Art' (Emaux et Camées, 1852), considéré par ses contemporains comme le manifeste de 'l'art pour l'art', en réaction contre les épanchements lyriques - à la Musset! - d'un romantisme jugé trop facile.

Salué par Hugo comme par Baudelaire qui lui dédie ses Fleurs du Mal ("Au poète impeccable, au parfait magicien ès lettres Françaises"), le champion de la Beauté formelle dans tous les domaines artistiques ne rencontre cependant plus guère aujourd'hui qu'une indifférence polie pour ses poèmes de "marbre ciselé".

Ce sont ses romans et nouvelles historiques et fantastiques (Arria Marcella, 1852, Le Roman de la momie, 1857, Le Capitaine Fracasse, 1863) qui nous séduisent bien plus en ravivant les couleurs étranges d'un passé rêvé.

A côté de l'exotisme pompeusement affecté d'un paysage "à l'espagnole", la délicate esquisse d'une "fantaisie" hivernale mêle avec plus de discrétion le goût de l'"antique" cher au poète et la nostalgie du temps qui passe.

 

 

España

 

J'aime d'un fol amour les monts fiers et sublimes!

Les plantes n'osent pas poser leurs pieds frileux

Sur le linceul d'argent qui recouvrent leurs cimes;

Le soc s'émousserait à leurs pics anguleux.

 

Ni vigne au bras lascifs, ni blés dorés, ni seigles,

Rien qui rappelle l'homme et le travail maudit.

Dans leur air libre et pur nagent des essaims d'aigles,

Et l'écho du rocher siffle l'air du bandit.

 

Il ne rapportent rien et ne sont pas utiles;

Ils n'ont que leur beauté, je le sais, c'est bien peu.

Mais moi je les préfère aux champs gras et fertiles,

Qui sont si loin du ciel qu'on y voit jamais Dieu.

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 04/11/2015 @ 15:26
Dernière modification : 04/11/2015 @ 15:36
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 1875 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur'   Jacques Brel (poète & chanteur)
^ Haut ^