Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90563v visiteurs

 12 visiteurs en ligne

Menu
Extraits par thèmes - Sensualité / Erotisme

[Textes protégés par un numéro d'ISBN]

 

 

La chute de tes reins

 

Tu as chuté de tes reins

Vers l’amour de la vie

De ton corps

A mes mains

L’espace s’est tapi,

Ouvre tes bras

Libère les eaux

Dissout les frontières

Qui te lient,

De ton corps

A mes mains

L’espace se réduit,

J’ai chuté sur tes reins

J’ai cueilli

Une fleur

Au creux de tes vallons

Un rêve enfantin :

Cueillir

Ta blancheur.

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

G, l’étoile sous la voûte

 

Sur mes lèvres tendres et rosées

Brulantes comme braises au feu

Au vestibule de mes pensées

Tu déposes un baiser goûteux

 

Sur mes lèvres tendres et offertes

Tu fonds comme neige au feu

Toute ta chair me dit : ‘Certes !’

Mais ton esprit résiste au mieux

 

Sous mes lèvres tendres et ouvertes

Tu cherches l’étoile sous la voûte

Brûlant, tout mon corps est en alerte

De ta chair, je ne suis pas absoute

 

En mes lèvres tendres et humides

Existe une illustre clef de voûte

S'offrant entière à ton bois torride

Et dans ta chaleur, elle est dissoute

 

 

~~~~~~~~~~

 

 

La vertu ose

 

Dans la forêt ou dans la plaine

Je connais bien ton rameau,

Je l’ai gravi de bas en haut,

Gravi jusqu’à perdre haleine.

 

Devant les cèdres ou les sapins

Je connais bien ta liqueur,

Je l’ai accueillie dans mon cœur,

Quelque fois tenue dans mes mains.

 

Dans l’obscurité, le marais humide,

Tel un explorateur, un aventurier ;

Les zones inconnues tu as exploré,

Les changeant en désert torride.

 

Dans les montagnes, sur les monts ;

Tu connais les chemins, les sentiers

Pour atteindre les sommets dorés,

Puis replonger encore plus profond.

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Etreinte

 

Son corps, encore sous mes mains,

Parcourant

Ses courbes et ses angles,

Aux confins

Du souvenir, aux confins des méandres.

 

Ses lèvres, encore sur les miennes,

Goûtant

Des sentiers familiers,

Déposant

Telle une reine, des baisers par milliers.

 

Des pleins et des déliés, d’en haut

Le dénivelé,

Des gestes et des mouvements

Dans la vallée,

J’aimais, comme on se doit d’aimer.

 

Sur les plateaux, sur les hauteurs,

Mes doigts

Se perdent dans les herbes hautes,

Savourant lentement

La douce bruyère de mon hôte.

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Le radeau médusé

 

Lui :

« Tel un radeau médusé devant les plages de ton corps

Je voudrais me voir accoster aux docks goûteux de tes ports,

L’estuaire de tes hanches accueille mon navire brûlant

Tel le delta de ton sexe exposé aux vents pourléchants »

 

Elle :

« Les cordages de ton mât phallus, vibrent et claquent à mes mains

Elancés vers les cieux, ils chantent aux vents jusqu’au matin,

La vigie rouge et ronde, gorgée de vin et d’impatience

A la vue de mes seins nus, criera : « Terre d’abondance ! »

Tu t’échoues mollement sur mes songes ensablés et blancs,

Ton navire abandonné garde mon ivresse jalousement,

Sur les rivages de mon cœur les grains de ma peau dorée,

Glissent entre tes mains roulant vers une mer abandonnée

Qui tente de calmer le feu de mon ile incendiée,

Dévorant avec ardeur tout vêtement qui voudrait m’habiller »

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Andromaque

 

Je suis à ta merci

Belle et douce Amazone,

Chevauche-moi, je t’en prie

Mon corps est tel un trône.

 

Les bras tout en croix

Je suis sacrifié sous ton corps,

Mon sceptre tout de bois

Résiste toujours et encore.

 

Tempête ! Sous tes ondulations

Mon esprit quitte le rivage,

Sous ma ligne de flottaison

Sur mon récif tu fais naufrage.

 


Date de création : 16/11/2014 @ 19:57
Dernière modification : 06/08/2017 @ 12:44
Catégorie : Extraits par thèmes
Page lue 2899 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Les meilleures et les plus belles choses du monde ne peuvent être vues ni même touchées. Elles doivent être ressenties avec le coeur'   Helen Keller
^ Haut ^