Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90563w visiteurs

 7 visiteurs en ligne

Menu
Extraits par thèmes - Engagés

[Textes protégés par un numéro d'ISBN]

 

Georges Orwell a dit:

"Dans ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

 

 

La paix se secouera de vous (Pour Charlie)

 

Vos clochers prétentieux insultent le bleu du ciel

Dans l’immensité des cieux, la guerre au goût de fiel

Agresse le dos des Dieux, attise les querelles

Trichant par messages pieux et mensonges éternels

 

Vous ! Inventez une paix qui luit au point du jour

Ecoutez vos chapelets chantant comme troubadours

Jésus et Mahomet aimeraient vivre un jour

Une lune sans plaie et douce comme du velours

 

Votre Coran antique bave sa rouge colère

Vos espoirs angéliques s’évaporent en guerres

D’occident en Afrique circule le même air

Répondez, répondez ! Ne sommes-nous pas frères ?

 

Vous emportez des vies par conformité du goût

Le Prophète vous dit : « mettez-les à genoux »

Des vies anéanties par de sombres tabous

Le poète vous dit : « la paix se secouera de vous »

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Belles de nuit

 

Belles de nuit

Un jour peut-être

Lèverez-vous les yeux

Pour voir que les lucioles

Peuvent briller sous d’autres cieux

 

 

                                                                                              A ces femmes…

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Homo Predator

 

D’Afrique ou d’orient, je me lève,

Au fond des océans, je fus conçu,

Fait de poussière et de glaise

Ou, des grands singes descendu.

Peu importe mes origines

Peu importe mes racines,

Je suis entré dans l’histoire

Sans bruit, sans préavis,

Et depuis….

Le futur, le lendemain

Sont toujours incertains,

Je suis coupable de tous les maux,

Sur terre, je ne suis pas à propos.

Comme un virus je m’étends

Peuplant  les cinq continents,

Aujourd’hui ici, demain là-bas,

Rien ne résiste à ma soif.

Mais si j’avais un prédateur

Ou quelque chose qui me fasse peur,

Tout en haut de la pyramide

Alimentaire du ‘qui mange qui’,

Je resterais peut-être à ma place,

Respectueux de tout ce qui m’entoure,

Cessant de me conduire en rapace

Ou comme une hyène tour à tour.

M’auto détruire est dans mes gènes,

Exploiter, spolier, rien ne me gêne,

Je sacrifie autour de moi

Sur l’autel de l’ambition,

La nature et les saisons,

Sans me demander pourquoi.

Je considère comme inférieurs

Tous les autres êtres vivants,

Je détruis et j’empoisonne

Les forêts, les océans,

Je fais le mal autour de moi

Non par instinct, juste par choix :

 

D’Homo Predator

Je suis l’ambassadeur,

Et de la mort

Je suis l’annonciateur !

 

 

 

 

La planète bleue va mal... Chaque jour nous la détruisons un peu plus, dans l'indifférence générale. Des voix s'élèvent ici ou là, des voix qu'on étouffe toujours avec le même crédo...

Nos océans sont le déversoir de nos excès (...) Sous-marins nucléaires, déchets radio-actifs, dégazage en pleine mer, catastrophes pétrolières, rejet des eaux usées, déchets en tous genres, plastique...

en dehors de nous servir de dépotoir, les océans nous servent également de garde-manger, on y exploite ses moindres ressources à outrance, jusqu'à l'épuisement et la disparition annoncée d'une multitude d'espèces. Ce qui entraînera inévitablement une dégringolade écologique irrémédiable.

toutes les espèces marines et terrestres sont menacées par notre soif d'extension. La consommation va détruire notre vaisseau. il nous aura fallu moins d'un siècle pour tout ravager aux quatre coins de la planète. Nous avons une conscience, une intelligence endormie.

A présent, notre prétendue intelligence ne s'évertue qu'à produire plus et à n'importe quel prix. L'appât du gain a pris le pas sur l'intellect, nos sociétés malades ne se préparent pas au pire. Elles ignorent délibérément ce qui est en marche: la destruction de notre planète dans un avenir sans cesse avancé.

Le plus effrayent est qu'un nombre incalculable de personnes est prisonnier, prisonnier de l'ignorance et du déni, d'autres sont simplement résignées.

Vous lirez ces lignes en ayant le même constat, pourtant très peu de vous s'engageront à rejoindre les rangs de ceux qui luttent dans de petites ou grandes causes pour ne pas voir disparaître notre belle planète bleue.

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Jésus, Marie, Joseph…

 

La ville se métamorphose,

C’est joli et ça brille

Comme si toutes ces guirlandes

Pouvaient améliorer les choses,

Masquer et dissimuler

Les griefs dans les familles.

La Noël, c’est un rituel

La Noël, c’est solennel.

Tous dans la mare aux canards,

Agglutinés comme des têtards,

Surtout ne pas oublier la dinde,

Surtout ne pas oublier la bûche.

Dans les magasins c’est pittoresque :

La tête plongée dans les rayons

Surtout, n’oublie pas ton chapon !

C’est pour leur bouffe gargantuesque

Qu’on sacrifie tous ces animaux

Sur l’autel des ‘Noël afficionados’.

Moi, je mangerais de l’Homme

Pour voir si c’est fin et juteux

Ou… comme le boudin

Bien meilleur avec des pommes !!!

La Noël, c’est un rituel :

Les oies d’élevage grasses et dodues

Les dindes bouffies et ventrues

S’endettent pour leur progéniture

Toujours ingrate… bien sûr.

De gras, de graisse, ça dégouline

Les canapés sont bien fournis

De chair, de confit, ça déborde

Mais ça fait marcher l’industrie.

Devant une telle exubérance

Ils en oublient la décence et

L’assiette de l’indulgence !

Pourtant,

Certains n’apprécient pas les Fêtes,

Mais l’hypocrisie du réveillon

Marine dans le ‘Saint-Emillon’,

Oui, leur douce hypocrisie

N’empêchera pas leur orgie.

Sous le sapin, il y a les cadeaux,

Leurs gamins sont gâtés, pourris.

On s’agite devant les fourneaux,

Du foie gras ce n’est pas l’embargo !

Au nouvel an c’est l’apothéose,

Ca clignote et ça brille,

Toutes les oies ont la cirrhose

Demain il faudra une camomille…

Ils vont s’en mettre plein la panse

Envie de vomir quand j’y pense

Oui, je déteste cette opulence !

A minuit, faut être bien à l’heure

Sinon ça porte malheur !

On se souhaite la Bonne Année

On trinque les yeux dans les yeux

Ça scintille de mille feux.

Les chaumières sont noyées dans l’alcool

Les amis se conservent mieux dans la gnole,

Malgré les courbettes, les faux-semblants

Les simagrées, les apparences,

ils ne rateront pas leur réveillon

Que l'illusion coule à foison!

Maintenant,

Si ce que j'écris ne vous plaît pas

Notez-le dans votre agenda,

Car l'écrivain ne cherche pas

A être aimé

Mais à dire la vérité.

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Vivre et laisser vivre

                                                                                                                                                  à tous ces animaux....

Je voudrais être cette main

Ce frisson de liberté

Qui parcoure ma fibre

Lorsqu’elle s’ouvre

Vers l’immensité,

Juste une petite main

Qui comprendrait le vent

Qui naît  qui meure

Libre à chaque instant

 

Qu’il est haut le mur

De ma prison

Griffé de clameurs

Taché de rouge

Pour horizon,

Il s’est approché de moi

Son œil dans mon œil

Ma vie pour son envie,

Alors

J’aurais voulu être sa main

Ce frisson de liberté

Un peu comme un regain

Un bout d’humanité

Juste une petite main

Qui comprendrait le sang

Du mot ‘vie’

Qui comprendrait le sang

Du mot ‘liberté’