Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90566f visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 05 octobre 2015-Alfred de Musset-Tristesse

ALFRED DE MUSSET (1810-1857)

 

En 1840, prématurément usé par l'alcool et les liaisons sans lendemain, Alfred De Musset compose l'amer bilan de Tristesse: ce poème isolé n'était pas destiné à la publication; griffonné pendant une nuit d'insomnie, il est trouvé au matin par un ami qui le fera paraître un an plus tard.

 

 

Tristesse

 

Mes chers amis, quand je mourrai,

Planter un saule au cimetière,

J'aime son feuillage éploré,

La pâleur m'en est douce et chère,

Et son ombre sera légère

A la terre où je dormirai.

 

J'ai perdu ma force et ma vie.

Et mes amis et ma gaieté;

J'ai perdu jusqu'à la fierté

Qui faisait croire à mon génie.

 

Quand j'ai connu la Vérité,

J'ai cru que c'était une ami;

Quand je l'ai comprise et sentie,

J'en était déjà dégoûté.

 

Et pourtant elle est éternelle

Et ceux qui se sont passé d'elle

Ici-bas ont tout ignoré.

 

Dieu parle, il faut qu'on lui réponde.

Le seul bien qu'il me reste au monde

Est d'avoir quelque fois pleuré.

 

 

 

 

 


Date de création : 05/10/2015 @ 13:12
Dernière modification : 03/11/2015 @ 11:43
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 1861 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Ô vous donc qui, brûlant d'une ardeur périlleuse   Courez du bel esprit la carrière épineuse   N'allez pas sur des vers sans fruit vous consumer,   Ni prendre pour génie un amour de rimer'     Nicolas Boilau
^ Haut ^