Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90202v visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 10 août 2015-Gérard de Nerval-Une allée au Luxembourg

GERARD DE NERVAL (1808-1855)

 

"En ce temps, je ronsardisais..." ainsi Gérard de Nerval juge-t-il ses premiers poèmes, écrits pour la plupart au début des années 1830, qu'il insère dans la prose de ses Petits Châteaux de Bohème avec le titre d'Odelette (1853).

Sous l'apparente simplicité d'une romance ancienne, se murmure le nostalgique refrain de l'éphémère. Cette vision fugitive de l'inconnue, un instant reconnue comme la femme idéale, sera aussi celle de Verlaine: "Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant..."

 

 

Une allée au Luxembourg

 

Elle a passé, la jeune fille

Vive et preste comme un oiseau:

A la main une fleur qui brille,

A la bouche un refrain nouveau

 

C'est peut-être la seule au monde

Dont le coeur au mien répondrait,

Qui venant dans ma nuit profonde

D'un seul regard l'éclaircirait!...

 

Mais non, ma jeunesse est finie...

Adieu, doux rayon qui m'as lui,

Parfum, jeune fille, harmonie...

Le bonheur passait, il a fui!

                                                                   Odelettes

 


Date de création : 10/08/2015 @ 12:21
Dernière modification : 01/09/2015 @ 09:14
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 1744 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Mieux vaut écrire pour soi et ne pas avoir de public, plutôt que d'avoir un public et ne plus être soi-même'     Cyril Connolly
^ Haut ^