Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90566f visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 03 août 2015-Gérard de Nerval-El Desdichado

GERARD DE NERVAL  (1808-1855)

 

"Le pays des chimères est dans ce monde le seul digne d'être habité", une confidence de Rousseau (Les rêveries du promeneur solitaire, 1776-1778) dont Gérard de Nerval a fait le bilan d'une vie.

Très atteint par les crises de folie répétées qui provoquent 'l'épanchement du songe dans la vie réelle', selon une formule de son récit Aurélia (1855), le poète livre l'expérience angoissée de ses rêves 'chimériques' dans douze sonnets composés entre 1843 et 1854 et regroupés sous le titre Les chimères à la fin du recueil de nouvelles Les filles du feu (1854).

Quête d'identité, recherche de l'éternel féminin, obsession de la mort: pour exprimer ses hantises, Nerval devient ce chevalier errant, sans nom ni fief, que l'on voit apparaître vêtu de noir dans Ivanhoé, le roman de Walter Scott (1819).

"Il n'avait sur son bouclier d'autres armoiries qu'un jeune chêne déraciné, et sa devise était le mot espagnol Desdichado, c'est-à-dire Déshérité (chapitre VIII).

 

 

El Deschicado

 

Je suis le ténébreux1, le veuf, l'inconsolé,

Le prince d'Aquitaine2 à la tour abolie:

Ma seule étoile est morte, et mon luth constellé3

Porte le soleil noir de la mélancolie4.

 

Dans la nuit du tombeau, toi qui m'as consolé,

Rends-moi le Pausilippe5 et la mer d'Italie,

La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé6,

Et la treille où le pampre à la rose s'allie.

 

Suis-je Amour ou Phébus7?... Lusignan8 ou Biron9?

Mon front est rouge encor du baiser de la reine;

J'ai rêvé dans la grotte où nage la sirène10...

 

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron11:

Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée

Les soupirs de la sainte et les cris de la fée.

 

 

1- Le Beau Ténébreux est le surnom de d'Amadis de Gaule, prince malheureux en amour, héros d'un roman de chevalerie espagnol (1508)

2- Nerval se croyait le descendant d'un châtelain du Périgord

3- Le luth du poète se substitue à l'écu du chevalier

4- Titre d'une gravure de Dürer (1514)

5- Promontoire près de Naples où la tradition situe le tombeau de Virgile

6- L'ancolie, selon Nerval: de couleur mauve et rose, elle symbole de tristesse et emblème de la folie

7- Phoebus (le brillant) , épithète du dieu Apollon

8- Famille célèbre au temps des croisades: Gui de Lusignan fût roi de Jérusalem au XIIIème siècle (selon la légende il avait épousé la fée Mélusine)

9- Le seigneur de Biron (Dordogne) était un compagnon d'Henri IV

10- Allusion à une grotte de la baie de Naples

11- Fleuve des Enfers, deux fois franchi par Orphée pour aller chercher Eurydice (la légende grecque fournit ainsi une allusion aux crises de folie de 1841 et 1853)

 


Date de création : 10/08/2015 @ 11:40
Dernière modification : 10/08/2015 @ 12:01
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 2126 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur'   Jacques Brel (poète & chanteur)
^ Haut ^