Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90566f visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Menu
Mon inspiration - Gérard De Nerval

Tous les Artistes seraient-ils fous, marginaux, excentriques, dépressifs, opiomanes et addicts à l'absinthe ou à la 'confiture verte', comme on nomme alors le haschisch?

Mais... ne serait-ce pas dans cet état second que l'on compose les plus belles oeuvres?

Gérard de Nerval, régulièrement emprisonné pour ses idées, passe par des crises de folie et finira par se suicider.

 

De_Nerval.jpg

 

Gérard de Nerval (1808-1855), poète teinté d'ésotérisme et de symboles alchimiques fût longtemps banni de mes lectures.

En effet,1985 - Bac de français et première rencontre avec cet Auteur.

Horreur ! Explication de texte basée sur le poème 'El desdichado'.

 

Mais depuis, j'ai revu ma copie et trouve du plaisir à lire ce poète.

 

Retrouvez les poèmes de Gérard De Nerval en visitant le site: La poésie-Les grands classiques

 

El Desdichado

Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phoebus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la Grotte où nage la Sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.


Date de création : 13/10/2014 @ 19:16
Dernière modification : 31/08/2016 @ 11:53
Catégorie : Mon inspiration
Page lue 2315 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   "Je ne suis rien, je le sais ; mais je compose mon rien avec un petit morceau de tout"   Victor Hugo
^ Haut ^