Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 91254c visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Menu
Mon inspiration - Charles Beaudelaire

Tous les artistes seraient-ils fous, marginaux, excentriques, opiomanes, dépressifs, addicts à l'absinthe ou à la 'confiture verte', comme on nomme alors le haschisch?

Mais... ne serait-ce pas dans cet état second que l'on compose les plus belles oeuvres?

Charles Beaudelaire appartient à ces artistes faisant partie  du 'Club des Haschischins'

 

 

Beaudelaire.jpg

 

 

Beaudelaire.... Beaudelaire.... premier amour, premier mentor !

Il nous laisse une participation modeste au regard de l'oeuvre de  certains autres écrivains.

Que dire de ce poète torturé qui exprime si bien son spleen et son mal être dans 'Les fleurs du Mal'? Tout simplement, qu'il aura eu une grande influence sur mon écriture.

On lui reproche son style d'écriture et le choix de ses sujets.

Les 'Fleurs du Mal' lui valent une condamnation pour 'offense à la morale religieuse' & 'outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs' suivie d'une forte amende de 300 francs.

 

Et puis, il y a ce merveilleux poème:

 

Moesta et errabunda

Dis-moi ton coeur parfois s'envole-t-il, Agathe,
Loin du noir océan de l'immonde cité
Vers un autre océan où la splendeur éclate,
Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité?
Dis-moi, ton coeur parfois s'envole-t-il, Agathe?

La mer la vaste mer, console nos labeurs!
Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse
Qu'accompagne l'immense orgue des vents grondeurs,
De cette fonction sublime de berceuse?
La mer, la vaste mer, console nos labeurs!

Emporte-moi wagon! enlève-moi, frégate!
Loin! loin! ici la boue est faite de nos pleurs!
— Est-il vrai que parfois le triste coeur d'Agathe
Dise: Loin des remords, des crimes, des douleurs,
Emporte-moi, wagon, enlève-moi, frégate?

Comme vous êtes loin, paradis parfumé,
Où sous un clair azur tout n'est qu'amour et joie,
Où tout ce que l'on aime est digne d'être aimé,
Où dans la volupté pure le coeur se noie!
Comme vous êtes loin, paradis parfumé!

Mais le vert paradis des amours enfantines,
Les courses, les chansons, les baisers, les bouquets,
Les violons vibrant derrière les collines,
Avec les brocs de vin, le soir, dans les bosquets,
— Mais le vert paradis des amours enfantines,

L'innocent paradis, plein de plaisirs furtifs,
Est-il déjà plus loin que l'Inde et que la Chine?
Peut-on le rappeler avec des cris plaintifs,
Et l'animer encor d'une voix argentine,
L'innocent paradis plein de plaisirs furtifs?

Charles Baudelaire


Date de création : 13/10/2014 @ 19:12
Dernière modification : 10/06/2015 @ 10:21
Catégorie : Mon inspiration
Page lue 2390 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Mieux vaut écrire pour soi et ne pas avoir de public, plutôt que d'avoir un public et ne plus être soi-même'     Cyril Connolly
^ Haut ^