Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 90566f visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 01 juin 2015-Alfred de Vigny-Le cor

 

ALFRED DE VIGNY (1797-1863)

 

Dans ses poèmes antiques et modernes (1826) Alfred de Vigny, éduqué dans la culture des armes et de l'honneur, exploite avec une solennité aristocratique la veine moyenâgeuse que les romans historiques de l'Ecossais Walter Scott viennent de mettre à la mode (Ivanhoé, 1819).

Ainsi, l'épopée 'nationale' de Roland, le preux neveu de Charlemagne, mort en 778 à Roncevaux pour avoir trop soufflé dans son cor, lui fournit l'argument d'un de ses plus célèbres poèmes.

 

 

LE COR

 

J'aime le son du Cor, le soir, au fond des bois,

Soit qu'il chante les pleurs, de la biche aux abois,

Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille

Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.

 

Que de fois, seul dans l'ombre à minuit demeuré,

J'ai souri de l'entendre, et plus souvent pleuré!

Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques

Qui précédaient la mort des Paladins antiques.

 

Ô montagnes d'azur! ô pays adoré!

Rocs de la Frazona, cirque de Marboré,

Cascades qui tombez des neiges entraînées,

Sources, gaves, ruisseaux, torrents des Pyrénées;

 

Monts gelés et fleuris, trône des deux saisons,

Dont le front est de glace et le pied de gazons!

C'est là qu'il faut s'asseoir, c'est là qu'il faut entendre

Les airs lointains d'un Cor mélancolique et tendre.

 

Souvent un voyageur, lorsque l'air est sans bruit,

De cette d'airain fait retentir la nuit;

A ses chants cadencés autour de lui se mêle

L'harmonieux grelot du jeune agneau qui bêle.

 

Une biche attentive, au lieu de ses cacher,

Se suspend immobile au somment d'un rocher,

Et la cascade unit, dans une chute immense,

Son éternelle plainte au chant de la romance.

 

Âmes des Chevaliers, revenez-vous encor?

Est-ce vous qui parlez avec la voix du Cor?

Roncevaux! Roncevaux! dans ta sombre vallée

L'ombre du grand Roland n'est donc pas consolée!

 

Poèmes antiques et modernes, "Livre moderne"


Date de création : 02/06/2015 @ 13:23
Dernière modification : 11/08/2015 @ 14:46
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 2107 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   "D'ailleurs, parce que le vent, comme on dit, n'est pas à la poésie, ce n'est pas un motif pour que la poésie ne prenne pas son envol. Tout au contraire des vaisseaux, les oiseaux ne volent bien que contre le vent. Or la poésie tient de l'oiseau."   Victor Hugo
^ Haut ^